EPISODE / PART 16

MON GRAND VOYAGE : ETHIOPIE 1976-78 : 20 mois à travers 10 pays

MY GREAT TRIP : ETHIOPIA 1976-78 :

20 Months across 10 Countries

Episode 16 : La Fête de Maskal à Addis-Abeba 26 Sept.1977

Part 16 : Maskal Festival in Addis Ababa 26 Sept.1977

Si vous arrivez directement sur cette page, lisez ensuite LA PAGE D’INTRODUCTION ET LE SOMMAIRE.

If you arrive directly at this page, please read THE INTRODUCTION PAGE AND THE CONTENTS afterwards.

Après mon magnifique voyage aux Seychelles, qui pouvait difficilement se passer mieux, je retrouve avec plaisir, le 20 septembre, l’appartement agréable que j’occupe provisoirement à Addis. Mais Rémi et Yveline vont bientôt rentrer et je n’ai pas encore trouvé de solution de remplacement. J’écris le 23 sept.: « La saison des pluies (kéremt) touche à sa fin et le temps s’améliore: il ne pleut presque plus et le soleil revient. C’est le printemps éthiopien ». J’apprends bientôt que je vais rester toute l’année scolaire à Addis et que je vais continuer à travailler à l’Alliance française, qui reprend ses cours le 3 octobre. J’espère que je pourrai récupérer au moins une partie de mes affaires restées à Harrar. En cette fin septembre, je retrouve Jean-Luc, rentré de France avec sa jeune épouse Dominique, et je les invite à dîner dans le logement dont je dispose pour quelques jours encore.

After my beautiful trip to Seychelles, which could hardly have gone off better, I’m glad to see again the pleasant flat where I temporarily live, in Addis. But Rémi and Yveline are going to be back soon and I’ve not found another solution yet. I write on the 23 rd of September: ‘The rainy season (keremt) is coming to its end and the weather is getting better: it hardly rains any more and the sun is back. It’s Ethiopian spring.’ Around that time, I hear that I’m to stay for the whole school year in Addis, and that I’m to go on working at the Alliance française, which resumes its classes on the 3rd of
October. I hope I can at least recover a part of my belongings I left in Harar. At
the end of September, I see again Jean-Luc, who is back from France with his
young wife Dominique, and I invite them to dinner in the flat I’m still
occupying for a few days.

hi-Aérogramme Ethiopie 02.10.77-

En septembre a lieu une importante fête chrétienne de l’Eglise éthiopienne, Maskal, célébrant l’Exaltation de la Croix, qui avec le décalage de treize jours du calendrier traditionnel, tombe ici le 27 du mois grégorien. Je présente ci-dessus un extrait d’une lettre à ma famille, du 2 octobre, que je vous laisse lire.

In September takes place Maskal, or Exaltation of the Cross Day, an important Christian celebration for the Ethiopian Church, which, with the 13-day interval of the traditional calendar, happens here on the 27 th in the gregorian month. Above,
you can see an extract from a letter to my family (2 Oct.) that I’ll translate:
‘… yellow marguerites called Abeba Maskal (Flowers of the Cross), similar to
our daisies. The Maskal public holiday was on the 27.09 but the celebration took
place on the 26.09 at sunset in “Maskal & Revolution Square”. Luckily, the
light was beautiful, and the celebration with its bonfire, its priests and
its crowd, under the vigilant eye of Marx poster and of the soldiers in the
armoured cars, was very interesting. I managed to film and to take pictures.
I’m receiving your mail well and I thank you for it…’

hj-Ethiopie Addis-Abeba Fête de Maskal 26.09.77-

Je suis donc présent en ce soir du 26 septembre, à Addis sur la place Maskal, rebaptisée “Abiot” (Révolution) par le gouvernement militaire provisoire actuellement au pouvoir (v. le début de l’Episode 8). Prêtres, fidèles et visiteurs s’assemblent pour cette manifestation très colorée. Le clocher qui émerge à gauche est celui de l’église St. Stephen.

So I’m present on this 26th of September in the evening, in Addis Maskal Square, renamed “Abiot” (Revolution) by the provisional military government in power at the moment (see the beginning of Part 8). Priests, believers and visitors gather for this very colourful event. The church steeple that emerges on the left is St. Stephen’s.

hk-Ethiopie Addis-Abeba Fête de Maskal 26.09.77-

Les ombrelles aux teintes vives ajoutent au pittoresque de l’événement.

The multicoloured parasols add their strokes to the picturesque celebration.

hl-Ethiopie Addis-Abeba Fête de Maskal 26.09.77-

Le clergé porte de belles parures aux ornements brillamment colorés.

The clergymen are wearing beautiful brightly ornamented costumes.

hm-Ethiopie Addis-Abeba Fête de Maskal 26.09.77-

L’Ethiopie est un pays jeune et la relève semble assurée. Cette fête religieuse attire les foules, autant que les célébrations révolutionnaires organisées au même endroit.

Ethiopia is a young country and the relief seems to be secured. This religious event attracts the crowds, as much as the revolutionary celebrations organized at the same place.

hn-Ethiopie Addis-Abeba Fête de Maskal 26.09.77-

Une autre vue, avec une belle croix de procession typiquement éthiopienne. On distingue à gauche le grand bûcher recouvert de “fleurs de Maskal”.

Another view, with a fine typically Ethiopian procession cross. On the left, one can sight the tall wood pile covered with “Maskal flowers”.

ho-Ethiopie Addis Abeba Fête Maskal PHOTO JNB 26.09.77-

Mon camarade Jean-Noël B., qui m’accompagne pour assister à cet événement, est l’auteur de cette photo et m’a autorisé à la publier ici. Ce document est beau et de plus très intéressant car il montre une grande croix devant l’affiche géante représentant Karl Marx. Opposition des genres? Oui bien sûr, mais aussi cohabitation qui peut se montrer pacifique, comme ici. Il faut reconnaître que le Derg, la junte révolutionnaire qui gouverne, n’a jamais interdit les manifestations religieuses, du moins dans les occasions dont j’ai pu être témoin. Bien vu Jean-Noël, tu as su capter le sens de l’événement et montrer l’intérêt d’y assister, sur ce remarquable cliché.

My mate Jean-Noël B., who is here with me to attend this event, is the author of this photo (above) and allowed me to publish it here. It’s a fine document and moreover it’s interesting for it shows a large cross in front of the huge poster representing Karl Marx. Opposition between different sorts? Yes, of course, but living together peacefully is possible, like here. We must acknowledge that the Derg, the revolutionary junta in office, never forbade the religious celebrations, at least on the occasions I witnessed. You saw it right Jean-Noël, you managed to seize the sense of the event and to show the relevance of attending it, in this remarkable snapshot.

hp-Ethiopie Addis-Abeba Fête de Maskal 26.09.77-

Le chef de l’Eglise éthiopienne, ou “Abouna”, va participer à l’allumage du bûcher, avec les personnalités de la ville.

The Ethiopian Church head, or “Abuna”, is about to participate in kindling the bonfire, with the town personalities.

hq-Ethiopie Addis-Abeba Fête de Maskal 26.09.77-

La belle lumière du soir met en valeur les couleurs de la scène.

The beautiful evening light enhances the colours of the scene.

hr-Ethiopie Addis-Abeba Fête de Maskal 26.09.77-

Le soleil se couche sur la place de la Croix et de la Révolution. A quelque distance, les forces armées ne relâchent pas leur vigilance et sont prêtes à toute éventualité. Bien qu’ayant rencontré plusieurs fois des difficultés pour avoir voulu photographier dans ce pays, je constate ici encore que le cran paye, et on me laisse faire.

The sun is setting in Maskal and Revolution Square. Some distance away, the armed forces don’t relax their watch and are ready for any eventuality. Although I met with some trouble several times for attempting to take photos in that country, I notice here once again that pluck pays off, and they let me do.

hs-Ethiopie Addis-Abeba Fête de Maskal 26.09.77-

Je ne parviens pas à interpréter le rôle de l’homme au premier plan.

I can’t interpret what the man in the foreground is doing.

ht-Ethiopie Addis-Abeba Fête de Maskal 26.09.77-

Derniers rayons sur un prêtre acceptant de poser devant le bûcher.

Last sunbeams on a priest who doesn’t mind me taking his photo in front of the bonfire.

hu-Croix éthiopiennes en bronze-

Il aurait été dommage de manquer cet événement. Voici une photo récente de deux croix de procession en bronze que j’ai pu acquérir et rapporter en France.                                              EPISODE 17

It would have been a pity to miss that event. Here is a recent photo of two bronze procession crosses I bought and managed to bring back to France.                                                 PART 17

This entry was posted in Uncategorized. Bookmark the permalink.

8 Responses to EPISODE / PART 16

  1. Pingback: INTRODUCTION | MON GRAND VOYAGE – MY GREAT TRIP: ETHIOPIE – ETHIOPIA 1976-78

  2. Pingback: EPISODE / PART 15 | MON GRAND VOYAGE – MY GREAT TRIP: ETHIOPIE – ETHIOPIA 1976-78

  3. MARICEL says:

    J’aimerais connaître la signification du bûcher, étonnant dans une fête religieuse chrétienne.

  4. Bonjour Maricel. Merci de t’intéresser à mon travail, ce qui m’incite à vouloir l’améliorer et le compléter. Cette fête commémore à la fois l’Invention (découverte) et l’Exaltation de la Croix du Christ. Sainte Hélène aurait, d’après la légende, trouvé l’insigne relique en suivant la direction donnée par la fumée d’un bûcher ou feu de camp, à Jérusalem bien entendu, au début du IVe siècle.

  5. MARICEL says:

    Merci pour ces précisions qui rappellent la diversité (et donc sa richesse) des sources de la chrétienneté.

  6. Jean-Yves C. a écrit le 05.06.2012: ” Je ne suis pas connaisseur en photographie… je trouve toutes les tiennes admirables d’intérêt. Tes photos de la fête de Maskal sont chatoyantes. J’ai assisté sur la place Maskal à la cérémonie présidée par l’empereur… J’habitais avenue Hailé SÉLASSIÉ, PRÈS DU magasin Mosvold dans un immeuble italien, mitoyen de l’église grecque. Je me souviens que la nuit de Pâques les grecs et gréco-éthiopiens tournaient trois fois autour de l’église avec des cierges-lumignons puis, après la messe, les fidèles retournaient à la maison [avec des] cierges allumés dans les voitures… Il en était de même à l’église arménienne un peu plus haut. C’est là qu’habitait ma meilleure amie, madame F., professeur au lycée Itégué Mennen pour les jeunes filles de la haute société. J’ai assisté aussi à l’érection des horribles portraits géants de Marx, Engels, … le troisième devait être Lénine. Comme j’avais déménagé dans un petit pavillon planté dans les jardins du Ghion Impérial hôtel, j’étais aux premières loges pour assister au premier “maskal” sans JANHOY. Je crois qu’il y a eu des milliers d’arrestations et de disparitions ces jours-là. Maskal Square était séparé du Ghion par des palissades de tôle et un ruisseau, puis un terrain vague, quartier général d’enfants des rues. Je les voyais agir de loin: manger en fonçant vers les poubelles ,cassant les os de poulets pour les sucer, se masturbant en regardant les femmes sur la place, se postant pour fondre sur des isolés à dépouiller, organisant des combats entre eux. C’était des enfants abandonnés entre 6 et 12ans. Le contraste entre le grand Hôtel et cette misère était difficile à supporter. Heureusement les singes Gurrezzas du Palais impérial mitoyen venaient de temps en temps faire des prouesses de cirque… et le matin j’entendais rugir le lion de l’autre côté du mur. J’avais une méhari verte totalement protégée dans le parking du Grand Hôtel. Inestimable d’éviter les zabagnas et les déprédations en cette période de folle insécurité. D’après tes photos, e climat semblait plus apaisé… pourtant l’Abouna Tewoflos avait été assassiné. C’était le Patriarche de l’église autocéphale… Au musée du Quai Branly, il y a une salle avec des croix de procession et des peintures aux yeux caractéristiques. Je poursuivrai demain ton/mon grand voyage.JYJ…”.
    HT. a répondu le 05.06.2012: “Fin 1977 et en 78, le Derg avait bien repris toute la situation en main, mais au prix de beaucoup d’arrestations et d’exécutions. Les étrangers n’avaient pas trop à s’inquiéter pour eux, mais la situation de la masse des Ethiopiens était critique.”

  7. Suge Samire says:

    Wow! Tres beaux echanges de recits de voyages entre ces 2 temoigns cles’ de l’Ethiopie leneniste-marxiste. Pendant ce temps,pas tres loin de la’, ma mere mettait au monde son 5eme enfant: moi.

  8. Bonjour et merci Suge, vous êtes à ce jour le seul Ethiopien a avoir contribué ici. Les apports, voire les critiques des Africains, témoins ou non de cette époque, seraient précieux.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s