EPISODE / PART 21

MON GRAND VOYAGE : ETHIOPIE 1976-78 : 20 mois à travers 10 pays

MY GREAT TRIP : ETHIOPIA 1976-78 :

20 Months across 10 Countries

Episode 21 : Commémoration de la Victoire d’Adoua à Addis 2 Mars 1978

Part 21 : Adowa Victory Commemoration in Addis 02 March 1978

Si vous arrivez directement sur cette page, lisez ensuite LA PAGE D’INTRODUCTION ET LE SOMMAIRE.

If you arrive directly at this page, please read THE INTRODUCTION PAGE AND THE CONTENTS afterwards.

js-Ethiopie Addis-Abeba Manif.Place Abiot 01.02.78-

En tant que résident étranger, je ne suis pas directement concerné par la situation politique intérieure et extérieure de l’Ethiopie, mais je suis un témoin placé aux premières loges et le sort du pays et de sa population ne peut me laisser indifférent. J’écris le 2 février: « Les murs de la ville se couvrent d’affiches de toutes les couleurs [prônant la terreur rouge; v.ICI]. (…) Hier, il y a eu une super-manif organisée par le gouvernement et les kebelés [comités de quartiers], qui était vraiment impressionnante. Bien organisée, presque à la chinoise, elle a regroupé des dizaines ou centaines de milliers de personnes dans les rues et sur la place de la Révolution. Sujet: protester contre les Occidentaux. Mais le gouvernement n’en a pas après les individus. Nous ne sommes que “les masses opprimées” des pays de l’Ouest!!!!!!!!! Le directeur de l’Alliance [M. Bernard Régien] a eu peur et a fermé l’établissement pour la journée. Etant en congé, je suis allé chez un ami [Jean-Luc] qui a une vue superbe sur Revolution Square. C’était vraiment impressionnant et hautement intéressant. Ca a été très calme et bien organisé. L’ambiance était à la fête. Menguistou a fait un discours. Des ambassades, dont la France, étaient invitées ». Je présente ci-dessus une photo de l’événement, bien que le cliché ne soit pas net.

J’écris le 9 février: « La situation politique intérieure semble très stable, car l’organisation du pays est très contrôlée, et fait penser à la Chine. Au sein des kebelés, tout le monde est fiché, et tous les déplacements sont surveillés. Quant à nous, on ne fait pas encore partie de ça, et on reste très libres. (…) L’approvisionnement en armes est excellent, en autre chose moins bon, mais les produits locaux suffisent et la nourriture est correcte. Les écoles étrangères ont des problèmes, certaines ont été fermées. Pour le Lycée [franco-éthiopien] et l’Alliance, ça va, mais le Lycée a eu quelques problèmes de visite de kebelés venant, arme au poing, chercher des élèves éthiopiens ». « L’Ethiopie, aidée par les “conseillers” russes et cubains, (…) est en train d’écraser la Somalie. Souhaitons qu’un cessez-le-feu ait lieu avant que l’armée éthiopienne arrive à Mogadiscio [17 fév.]».

As a French resident, I’m not directly involved in the domestic and foreign political situation of Ethiopia, but I’m a witness in the front row and the fate of the country and its population can’t leave me unmoved. I write on the 2nd of February: ‘The walls in the city are being covered with bills existing in all colours [advocating red terror; see HERE]. (…) Yesterday, there was a great demonstration organized by the government and the kebeles [neighborhood associations], which was really impressive. Well organized, nearly like in China, it brought together dozens or hundreds thousand people in the streets and in Abiot Square. Subject: protesting against Westerners. But the government doesn’t blame individuals. We are but the Western countries “oppressed masses”!!!!!!!!! The headmaster of the Alliance française [M. Bernard Régien] got frightened and closed the establishment for the day. Thus being free, I went to a friend’s [Jean-Luc] flat, which overlooks Revolution Square. It was really impressive and highly interesting. It was very quiet and well organized. The atmosphere was festive. Mengistu delivered a speech. Embassies, including France, had been invited’. Here is a photo of the event (above), although the picture is not sharp.

I write on the 9th of February: ‘The domestic political situation seems to be very stable, for the organization of the country is much controlled, and makes think of China. Within the kebeles, everybody is on file and any travelling is watched. As for us, we’re still staying outside of it, and we remain very free. (…) Supplying of weapons is excellent, not so good of the rest, but local products are sufficient and the food is satisfactory. Foreign schools have got problems, some of them have been closed. About the [Franco-Ethiopian] Highschool, it’s going on, but the Highschool had some problems with visits from kebeles coming, weapon in hand, to arrest Ethiopian students’. ‘Ethiopia, with the help of Russian and Cuban “advisers”, (…) is crushing Somalia. Let’s hope a ceasefire should take place before the Ethiopian army gets to Mogadiscio [17 Feb.]’.

jt-Lettre HT 02.03.78-ju-Lettre HT 02.03.78-

A la fin de février, Jean-Noël récupère sa voiture, qui a passé deux mois au garage. Entre temps, nous avons loué des véhicules pour pouvoir continuer nos sorties de fin de semaine.

La lettre ci-dessus me semble être un document intéressant; c’est pourquoi je la publie presque in extenso. Remarquer le timbre décoré d’un dessin religieux. Il n’y avait pas que des timbres d’inspiration révolutionnaire. Je vous laisse lire.

At the end of February, Jean-Noël gets back his car, which spent two months in a garage. During that time, we rented cars to be able to carry on doing outings at weekends.

This letter (above) seems to me to be an interesting document, so I publish it nearly in extenso. Notice the stamp decorated with a religious drawing. There were not only stamps of revolutionary inspiration. Let me translate: “Dear parents, (…) Yesterday, the Alliance was changed into a shambles: now, to get money and create artificial relaxation in the atmosphere, the kebeles organize important celebrations to their hearts’ content. Seeing that there are 291 kebeles, grouped together in kaftenias, the celebrations won’t stop in the city. Those wags, without asking for permission, come and put up their fairs anywhere, this time at the Alliance as well. They pitch large tents and everything, and last Wednesday lessons took place in a mess. Friday classes are cancelled, so I’ve got 4 days off. Let’s hope they won’t find the place too nice, and that they’ll leave on Monday morning, taking away their guns…

‘Another celebration: Adowa victory commemoration, to-day. Mengistu spoke and attended an impressive procession. I went there with Marie-Jo and Jean-Noël. Strangely, they let us come very close and I managed to film and to take photos. I’m sending you film 29 to-morrow morning. I think you’ll be interested in seeing comrade lieutenant colonel Mengistu Haile Mariam delivering his harangue, close up, with on his right, in yellow, the Abuna (the head of the Ethiopian Church), and on his left, in white, the representative of Islam. I managed to get as near as a dozen metres. Emboldened, Jean-Noël came as well. M. Jo remained rather a long way behind. In the official gallery, 2 French personalities. Apart from that, lots of actors and armed guards, but surprisingly few onlookers. Except for the three of us, not a single Frenchman, very few foreigners, with a few journalists, bearing pink cards. Albeit without a card, working for myself, I managed to do everything I wanted without a hitch. We weren’t even searched. The sky was cloudy, with frequent appearances of the sun. I’m very pleased to have seen that. There will be other celebrations soon.

‘This atmosphere is very artificial, though, and red terror is at its height. They put in jail, kill, torture, rape without mercy, in the crowded prisons. Often, one only goes out of there with one’s feet forward. Fortunately we are staying outside of it. Anyway, I’ve hardly 4 months left to stay here, minus the Easter holiday. To-morrow I’m going to the Embassy to sort out a few things, but the trip to Sana’a looks promising. I’ve also got permission to get back [to France] as I want in June and to have the non-stop air ticket from Addis to Paris refunded. Although time goes by, I remain the youngest French person employed by France in Ethiopia, and in every meeting of all associations I belong to, I’m still and always the youngest even though there are lots of [people]…”

jv-Ethiopie Addis-Abeba Comm.Vict.d'Adoua PHOTO JNB 02.03.78-

Je suis donc présent à la célébration de l’anniversaire de la victoire d’Adoua, le matin du 2 mars, jour férié qui commémore la bataille gagnée par l’Ethiopie contre les troupes italiennes, le 1er mars 1896. L’événement a lieu place Menelik II, derrière la Municipalité. On me voit sur ce cliché, accompagné de Marie-Josée (photo Jean-Noël B.). Voir aussi les manifestations à Diré-Daoua l’année précédente (Episode 8).

So I’m present at the celebration of Adowa – or Adwa – victory anniversary, on the 2nd of March in the morning, a public holiday which commemorates the battle won by Ethiopia against Italian troops, on the 1st of March 1896. The event takes place in Menelik II Square, behind the Municipality. You can see me in this snapshot, with Marie-Josée (photo by Jean-Noël B.). See also the demonstrations in Dire Dawa the previous year (Part 8).

jw-Ethiopie Addis-Abeba Comm.Vict.d'Adoua Pl.Ménélik 02.03.78-

Un homme portant une perruque typique prononce un discours. Il est très important pour le régime de trouver des soutiens parmi les nombreuses ethnies du pays. Les civils accrédités portent des badges ou cartons.

A man wearing a typical wig is delivering a speech. It’s very important for the system to find support among the numerous ethnic groups in the country. The authorized civilians bear badges or cards.

jx-Ethiopie Addis-Abeba Comm.Vict.d'Adoua Pl.Ménélik 02.03.78-

Derrière la tribune officielle, on reconnaît l’église St. Georges.

Behind the official gallery, one recognizes St.George church.

jy-Ethiopie Addis-Abeba Comm.Vict.d'Adoua Pl.Ménélik 02.03.78-

Une certaine solennité est de mise pour cette commémoration patriotique. Les militaires sont omniprésents et prêts à intervenir, mais l’ambiance n’est pas tendue et on me laisse me déplacer à ma guise. Bien que n’ayant bien entendu aucune accréditation, je m’enhardis et avance peu à peu sur la place, car il n’y a pas de barrières, alors que le camarade-président de la junte au pouvoir prononce son discours. Celui-ci me remarque. Je m’arrête aussitôt et nous échangeons un regard. Un signe de sa part et j’aurais été évacué discrètement; mais non. Je ne bouge plus et quelques instants plus tard, je prends la photo ci-dessus, et du film Super 8, avant de reculer prudemment jusqu’au trottoir, place normale des spectateurs. Après les allocutions, des défilés de soldats – hommes et femmes – et de “manifestants” civils ont lieu.

Some solemnity is required for this patriotic commemoration. The servicemen are omnipresent and ready to intervene, but the atmosphere is not very tight and they let me move as I like. Although I have no special permission, of course, I get bolder and go slowly forward into the square, for there is no fence, while comrade Chairman of the junta in office delivers his speech. The latter notices me. I stop at once and we exchange a look. Just a sign from him and I would have been discreetly taken away; but nothing. I don’t move any more and a moment later, I take a photo (above) and a short Super 8 sequence, before stepping back inconspicuously up to the pavement, the normal place for onlookers. After the speeches, processions of soldiers, male and female, and of civilian “demonstrators” take place.

jz-Ethiopie Addis-Abeba Comm.Vict.d'Adoua Pl.Ménélik 02.03.78-

Sur cet agrandissement du cliché précédent, on voit mieux le maître du pays, flanqué des dirigeants religieux censés apporter leur caution au régime.

J’ai un congé de fin de semaine rallongé à cause de la fête de kebelé qui a investi l’Alliance, mais je vais me rendre à l’établissement pour voir comment se passent ces festivités, qui risquent de compromettre la reprise de lundi.                                 EPISODE 22 

On this enlargement from the previous photo, one sees the master of the country better, flanked by the religious heads, supposed to bring their backing to the system.

My weekend is going to be longer because of the kebele fair which has invested the Alliance, but I’ll go to the establishment to see how those celebrations will turn out. Monday resumption might be compromised.                                  PART 22

This entry was posted in ETHIOPIE, ADDIS ABEBA, 1978 and tagged , , , , , . Bookmark the permalink.

8 Responses to EPISODE / PART 21

  1. Pingback: EPISODE / PART 20 | MON GRAND VOYAGE – MY GREAT TRIP: ETHIOPIE – ETHIOPIA 1976-78

  2. Pingback: INTRODUCTION | MON GRAND VOYAGE – MY GREAT TRIP: ETHIOPIE – ETHIOPIA 1976-78

  3. Pingback: EPISODE / PART 8 | MON GRAND VOYAGE – MY GREAT TRIP: ETHIOPIE – ETHIOPIA 1976-78

  4. Olga says:

    Hubert, you were a witness of the events that took place in the country in those years and now you can tell everybody about it. If not you, I would never read about it.

  5. Yes, Olga, as far as I know, my account as a young foreign eyewitness is unique.

  6. HT. a écrit à J.Y.C. le 14.06.2012: “Sur mes épisodes 21 et 22, on peut bien sûr désapprouver les agissements du régime, mais je pense que mes lettres et mon témoignage sont intéressants sur ces épisodes. Tu as échangé un regard avec l’empereur mais moi j’en ai échangé un avec Menguistou, quand je me suis approché de trop près de la tribune le 2 mars 78. Mais ils m’ont laissé faire.
    Tu vas faire une belle entrée dans mon récit à l’épisode 23 et tu pourras me dire ce que tu penses de ma narration sur le Yémen. L’épisode 28 est sur Djibouti puis retour en Ethiopie à l’épisode 29. Ensuite, l’Egypte, le Liban, la Syrie.
    Oui, l’écriture amharique est très esthétique et peu difficile à déchiffrer. Apprendre la langue est une autre affaire.”
    Jean-Yves C. a écrit le 14.06.2012: “Jamais je n’aurai dialogué avec toi si je n’avais apprécié ton regard sur ces étranges régions, ton reportage en images et en mots et surtout la simplicité de ton approche face aux gens et aux événements. As-tu frissonné en croisant le regard du Négus rouge qui vivait sur le cadavre inhumé de son prédécesseur dans son propre bureau!?! Je ne l’ai vu qu’en photo; visage rond, cheveux ras et yeux globuleux que j’imaginais injectés de sang… Son exil au Zimbabwe chez (…) MUGABE semble se prolonger. Quelqu’un désire-t-il son retour au pays? Avec un tel passé, il doit avoir du mal à trouver la sérénité. C’est curieux, je n’ai jamais vu ni lu de reportages sur cet exilé… Tu sais que j’ai vécu aussi 5 ans à Tripoli du Liban aux frontières de la Syrie que tu as visitée et que j’ai sillonnée de long en large. Alors tu n’en as pas fini avec mes réminiscences…..JYJ.”
    HT. a répondu le 14.06.2012: “Je n’ai pas frissonné mais j’étais un habitant étranger témoin et me sentais un peu comme un journaliste “freelance”. Bien que n’ayant pas de badge d’accréditation, je me suis avancé peu à peu (il n’y avait pas de barrières) jusqu’à ce que le regard de Menguistou croise le mien. J’ai alors cessé d’avancer et j’ai pris une photo peu après, et du film super 8, avant de reculer jusqu’au trottoir, place normale des spectateurs.
    Oui, Menguistou est toujours chez Mugabe. Menguistou a écrit ses mémoires récemment, mais il ne donne guère d’interviews.”

  7. Rémi Brunelin a écrit le 30.08.2012: “Hubert écrit que , « sans être directement concerné », il est « un témoin placé aux 1ères loges » dans les évènements qui se succèdent sans répit. Il évoque rapidement l’épisode qui s’est produit début février au lycée français. Je suis bien placé pour en parler car j’ai eu le « privilège » d’être le 1er à recevoir ces messieurs des kébélés, dans la cour de l’ « hôpital italien ». Ils avaient été mal renseignés et voulaient en fait pénétrer dans le lycée qui se trouvait quelques mètres plus haut sur la Churchill.Comme le directeur de l’Ecole Normale était absent, je me suis chargé de les détromper en leur expliquant qu’ils faisaient erreur sur le lieu et qu’ici tout était calme.C’était le moment de la sacro-sainte pause et la plupart des étudiants étaient juchés sur le muret qui bordait la cour, observant la scène,visiblement inquiets. Les kébélés n’ont pas insisté et sont rapidement repartis ; les étudiants sont aussitôt venus me demander ce qu’il se passait.Je n’en savais pas plus. C’est le soir qu’Yveline qui officiait, comme je l’ai dit, au lycée, me raconta les évènements du lycée, comment les kébélés avaient pénétré l’arme au poing dans la cour de l’établissement, à l’heure où une partie des élèves étaient en récréation donc, provoquant une certaine panique chez les enfants et les collègues présents.Les autres classes, dont la sienne, furent consignées à l’intérieur. Que cherchaient-ils ? Tracts ou journaux clandestins à saisir, ou élèves dénoncés à arrêter ? L’évènement fit grand bruit dans le landernau coopérant (ceux qui avaient œuvré dans les établissements secondaires éthiopiens étaient « blindés » à ce sujet !) au point que notre Attaché Culturel , le grand patron, nous fit l’honneur d’une visite le lendemain dans l’amphi du lycée où il nous avait tous convoqués pour que nous entendions une parole enfin responsable…En fait d’apaisement, nous avons eu droit à une « remontée de bretelles » incompréhensible qui se termina par cette formule synthétique que je peux citer pratiquement dans le texte, à savoir que nous pouvions toujours demander notre mutation « à Cergy Pontoise » ! C’est bon de se sentir soutenus… Nous n’avons aucun souvenir, Yveline et moi, qu’il y ait eu des arrestations, fort heureusement.Je pense que le bahut aurait été autrement perturbé pendant des jours…”

  8. Une fois encore merci Rémi, pour ces précisions, voire rectifications. Yveline et toi étaient des témoins fort bien placés au sujet du Lycée Guebre Mariam. Bien qu’habitant juste en face du Lycée et partageant l’appartement avec une prof y exerçant, je pénétrais assez rarement dans l’établissement.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s