EPISODE / PART 22

MON GRAND VOYAGE : ETHIOPIE 1976-78 : 20 mois à travers 10 pays

MY GREAT TRIP : ETHIOPIA 1976-78 :

20 Months across 10 Countries

Episode 22 : La Journée Internationale des Femmes à Addis 8 Mars 1978

Part 22 : The International Women’s Day in Addis 08 March 1978

Si vous arrivez directement sur cette page, lisez ensuite LA PAGE D’INTRODUCTION ET LE SOMMAIRE.

If you arrive directly at this page, please read THE INTRODUCTION PAGE AND THE CONTENTS afterwards.

ka-Ethiopie Lettre HT 11.03.78-kb-Ethiopie Lettre HT 11.03.78-kc-Ethiopie Lettre HT 11.03.78-

Ci-dessus, je publie presque entièrement une de mes lettres à ma famille, qui est bien dans la continuité de celle présentée à l’épisode précédent. Je vous laisse lire.

Above, I’m publishing nearly in extenso one of my letters to my family, which takes the continuation of the one I presented in the previous instalment. I’ll translate it: “Dear parents, When events begin to move faster, the outcome is at hand. I don’t know what is going to occur here, but our situation might change, for quite a lot of things are happening at the moment.

‘I told you the Alliance had been changed into a fair field, with that kebele celebration. I went there last Saturday [4 March], but unfortunately, it went rather wrong. Of course, there was not a single foreigner, and nobody from the Alliance to watch, either. So I stayed myself. At the beginning, everything was allright. Suddenly, a thunderstorm as Addis has the secret of broke out. As the large tents were badly pitched, everything collapsed. I moved in time, but some people were injured. Afterwards, as they didn’t have shelter anymore, they broke the classrooms doors open. I informed the Embassy, which came and expressed a protest to the kebele, which was useless for those illiterated revolutionaries have all the rights. They had to give the Alliance back last Monday, but eventually they are keeping it until next Monday [13 March]. All the classes of the week and all the activities have been cancelled… It was foreseeable that a little stronger wave was about to take away the flimsy quiet islet that the Alliance was, in the middle of the revolutionary storm…

‘I’ll have 18 or 24 hours classes to make up. I hope at least the holiday won’t go by the board with this story. I have already my air ticket, I got revaccinated against cholera, and I know where to go, in Yemen as well as in Djibouti. If everything is going right, I’m leaving on March 25 and I’m back on April 7. M. Josée is going to Djibouti as well. Perhaps Jean-Noël is coming with me but he hasn’t made up his mind yet.

‘There was another great celebration on the 8th of March, “women’s celebration”. Those women, in their revolutionary demonstrations, were surrounded by armed men. I put on a red sweater with a revolutionary badge, as a precaution, and I managed, in the middle of the crowd, to look at and to photograph everything I wanted. Really, there isn’t any risk, provided you don’t play the fool, and the Ethiopian crowds are less dangerous and better controlled than the French ones. I sent film 29 on March 3 and film 30 on March 9. Really, this fad of doing lots of celebrations is not over.

‘I heard with satisfaction that the Ogaden war is expected to come to an end soon and that the C.F.E. might start again shortly. Djibouti, the detonator of the African powder barrel, seems defused, at least temporarily. This new situation should enable the Western countries to lead diplomatic offensives against Ethiopia and the Soviet presence in this part of the world. Really, Addis and the country are stuffed with Russians and Cubans, which is not to please Africans and Westerners. As for us in this situation, it’s a long way to being clear. The future will tell it to us. I think all the same we won’t be expelled from the country by three months.

‘Another event, which is not pleasant: a group of 12 French teachers, including the Bs. went to Dire Dawa and Harar, without permission from the Embassy, in the middle of the Ethiopian counter-offensive against Jijiga. It happened last weekend. They were arrested on their way and are more or less accused of spying. This incident must have gone up to the government, since the French Consulate in Hararghe, in Dire Dawa, has just been closed and all the French residents in Hararghe, sent back to Addis. I think this decision must have been ordered by the Russians. Anyway, it won’t go unnoticed, for this consulate, which had been resisting everything until now, is closed, which puts and end to a great French presence in Hararghe, with the C.F.E. and the nearness of Djibouti. We are very close to a diplomatic incident. I wouldn’t like to be in place of the guys who went there without permission. Conclusion: Careful! Any small incident can take international proportions in this region.

‘Apart from that, which in fact is not very important directly for me, life is going on. Dr. S. is leaving Ethiopia for good next Friday. I’ve been giving him a 2-hour lesson a day since the 1st of March. That’s perfect timing, for I’m not doing a stroke at the Alliance until Monday the 13th. Afterwards, I’ll “inherit” his Ethiopian woman secretary, 3 hours on Saturday mornings.

‘The year is good for crops. After a very fine dry season, the “small rains” came early and have been profuse. The weather generally remains rather fair. Rain usually falls only at night in Addis. However, this weekend is expected to be gloomy and rainy. (…)”.

kd-Ethiopie Addis-Abeba Journ.Internat.des Femmes 08.03.78-

ke-Ethiopie Addis-Abeba Journ.Internat.des Femmes 08.03.78-

kf-Ethiopie Addis-Abeba Journ.Internat.des Femmes 08.03.78-

Je suis donc en congé forcé pour toute la semaine jusqu’au 12 et j’assiste le 8 mars aux célébrations de la Journée Internationale des Femmes, jour férié. Cet événement annuel étant très peu connu à l’époque en France, nous l’interprétons ici simplement comme “la fête des femmes”. Des défilés colorés se déroulent dans toute la ville – par exemple comme ci-dessus à côté de la banque commerciale d’Ethiopie, place de l’Unité, près de chez moi.

So I’ve got a forced week’s holiday until the 12th, and on the 8th of March I attend the International Women’s Day celebrations, a public holiday. This yearly event was little known in France in that time, and we interpret it here merely as “women’s celebration”. Colourful processions take place in the whole town, like here (above), next to the Commercial Bank of Ethiopia, Unity Square, near my place.

kg-Ethiopie Addis-Abeba Journ.Internat.des Femmes 08.03.78-

Je me rends maintenant place Abiot, le haut lieu des “meetings” et autres manifestations révolutionnaires. Le cliché ci-dessus est flou, mais je le présente car il montre bien le caractère impressionnant des rassemblements, qui peuvent nous sembler démesurés. Les militaires des deux sexes, sous couvert de participation aux défilés, sont extrêmement présents.

Now I go to Abiot Square, the usual place for the greatest meetings and other revolutionary celebrations. This snapshot (above) is blurred, but I present it for it shows the impressive nature of the gatherings, which can look immoderate to our eyes. Servicemen and women, under cover of taking part in the processions, are exceedingly present.

kh-Ethiopie Addis-Abeba Journ.Internat.des Femmes 08.03.78-

Sous une pancarte arborant l’image du Grand Timonier, les rangs sont formés. Les regards plutôt fermés témoignent de l’ambiance assez artificielle de cette fête forcée, mais peuvent être dus aussi à la présence de l’appareil photo.

Under a placard showing a picture of the Great Helmsman, the rows are formed. The rather inscrutable faces bear witness to the pretty artificial atmosphere of this forced celebration, but can also be due to the presence of the camera.

ki-Ethiopie Addis-Abeba Journ.Internat.des Femmes 08.03.78-

J’aime beaucoup le cliché émouvant ci-dessus. On y lit diverses expressions sur les visages. Alors que les femmes sur la gauche sont sérieuses ou résignées, la jeune fille au centre regarde mon objectif d’un air grave, et deux dames à droite profitent du moment pour bavarder d’une façon naturelle. Au fond à droite, on voit l’arrière du portrait géant de Marx qui ornait la place de la Révolution. Si on ne peut que condamner les excès criminels commis à cette époque, on ne peut faire l’économie d’une réflexion sur la validité de certains fondements idéologiques du régime. Je n’en parlerai pas ici car ce n’est pas mon sujet, mais rien n’est tout blanc ou tout noir, et cette photo ne peut me laisser indifférent. La pancarte dit, me rapporte Sara A.: “Que vive toujours la Journée Internationale des Femmes!”.

I really like this touching photo (above). One can see diverse expressions on the faces. While the women on the left are serious or resigned, the girl in the centre is looking at my lens with a solemn expression, and two ladies on the right take the advantage of the moment to have a chat in a natural way. Behind, on the right, one sees the back side of the huge Marx portrayal which ornated Revolution Square. If one can only condemn the criminal excesses committed in those times, one can’t help asking questions about the validity of some ideological foundations of the system. I won’t develop it here for it’s not my subject, but nothing is either perfectly white or black, and this picture can’t leave me unmoved. The placard reads, Sara A. tells me: “Let the International  Women’s Day live for ever!”.

kj-Ethiopie Addis-Abeba Journ.Internat.des Femmes 08.03.78-

Les enfants, futurs citoyens, sont également impliqués et mis à contribution. Tout se passe sans accroc pendant cette journée bien organisée et très surveillée. La volonté des dirigeants de créer une atmosphère de grande fête populaire, patriotique et idéologique, presque de liesse, partiellement couronnée de succès, aboutit à cette ambiance un peu étrange et pas très naturelle. Le ciel est assez menaçant mais il ne pleuvra pas.

Children, future citizens, are involved as well, and have to take part. Everything goes right during this well-organized very supervised day. The rulers’ will to create the mood of a great popular patriotic ideological celebration, almost to jubilation, partly crowned with success, leads to this slightly strange and not very natural atmosphere. The sky is lowering but it won’t rain.

kl-Ethiopie L'Aouache à Melka Kontouré 12.03.78-

Le 11 mars, j’apprends par la radio la mort de Claude François. J’écoute beaucoup les diverses stations émettant en français sur ondes courtes – par exemple l’émission 24 heures en Afrique, de Radio France internationale – car je veux savoir ce qu’il se passe en Ethiopie, en France et dans le monde. Je propose un document sonore ici:  huberaime@hotmail.fr  (indiquer RFI EHIOPIE, et je vous l’envoie; je ne parviens pas à le mettre en ligne; 0,98 Mo – .wma – 1 mn 23 sec); je ne sais pas s’il présente un quelconque intérêt mais c’est un souvenir pour moi de mon poste radio-cassette qui fut souvent un lien me rattachant au reste de mes semblables. C’est l’indicatif des fréquences de R.F.I., enregistré à cette époque, dans mon appartement partagé de l’avenue Churchill.

Le dimanche 12 mars, je fais une courte excursion de découverte à Melka-Kunturé avec Yveline, Rémi et Jean-Noël, qui peut de nouveau nous emmener dans sa voiture réparée. La localité possède un site archéologique important, d’époque paléolithique, qui ne se visite pas, et se situe dans le cours supérieur du fleuve Aouache (ci-dessus), à une soixantaine de km au sud d’Addis.                                EPISODE 23 

On the 11th of March, I hear on the radio that the famous French singer Claude François has just died. I listen a lot to the diverse stations which broadcast on shortwave in French – for instance the programme 24 heures en Afrique, from Radio France internationale – for I want to know what is happening in Ethiopia, in France and in the world. I propose a sound document here:  huberaime@hotmail.fr (please write RFI ETHIOPIA, and I’ll send it to you; I can’t manage to put it on line; 0.98 Mo – .wma – 1 mn 23 sec); I don’t know if it has the slightest relevance but it reminds me of my cassette recorder which was often a link tying me to the rest of my fellow creatures. It’s the frequency call sign of R.F.I., recorded at that time, in my shared Churchill Avenue flat.

On Sunday, the 12th of March, I go for a short drive to see Melka Kunture with Yveline, Rémi and Jean-Noël, who can take us in his car again. The locality owns an important archeological site dating back to the Paleolithic, not open for visits, and is located in the upper Awash valley (above), about sixty km south from Addis.                           PART 23

This entry was posted in ETHIOPIE, ADDIS ABEBA, 1978 and tagged , , , . Bookmark the permalink.

5 Responses to EPISODE / PART 22

  1. Pingback: EPISODE / PART 21 | MON GRAND VOYAGE – MY GREAT TRIP: ETHIOPIE – ETHIOPIA 1976-78

  2. Pingback: INTRODUCTION | MON GRAND VOYAGE – MY GREAT TRIP: ETHIOPIE – ETHIOPIA 1976-78

  3. J.Y.C. a écrit le 15.06.2012: “Ta lettre au feu de l’action est très intéressante. L’activité artificielle des défilés, fêtes et rassemblements patriotiques exercée par les comités de quartier étaient encadrée de façon moins sauvage qu’au début de la révolution. J’ai souvenance de hordes armées de gourdins sonnant le branle-bas dès l’aube en vociférant et prenant des poses propres à effrayer comme dans toutes les parades guerrières des peuples premiers. J’ai revu les mêmes gestes, entendu les mêmes cris saccadés aux Nouvelles Hébrides (île de Tanna) et chez les Papous d’Irian Jaya. J’ai assisté aux premiers départs des brigades d’étudiants pour alphabétiser les campagnes. Ils étaient habillés de beige comme des scouts avec foulard et casquette. La mobilisation avait malheureusement coïncidé avec les disparitions de nombreux jeunes citadins et la”terreur nocturne” rendait les gens méfiants les uns envers les autres. Sur tes photos le maoisme semble en marche avec les femmes en uniforme et rassemblements imposés durant de longues heures… Etourdis et décervelés tout ce monde a été entraîné dans dix ans de guerres fratricides. Le rouge domine tellement sur chaque photo qu’elles sont difficiles à contempler. La légère cotonnade blanche du groupe des femmes en fichus rouges est totalement authentique. L’expression des visages montre la dureté du moment. Tu étais à la fois dedans et en marge comme tous les observateurs. Demain chapitre 23 des aventures de Hubert en ORIENT.”

  4. Rémi Brunelin a écrit le 30.08.2012: “Les propos d’Hubert, dans ses courriers à ses proches, montrent bien toute l’étendue de l’aggravation de la situation à Addis. Je ne reviens pas sur les faits qu’il évoque abondamment . Je me contenterai de quelques observations à propos des cérémonies ou manifestations organisées par le régime et les kébélés auxquelles il a assisté à plusieurs reprises.Je dois dire que je n’ai moi-même eu ni l’idée ni l’envie de m’y mêler. Je sais bien qu’Hubert n’a et n’avait aucune sympathie pour ce régime mais, moi, il me semblait qu’y participer, outre les risques pour notre sécurité qui pouvaient être réels (Hubert reconnaît lui-même que des slogans étaient quelquefois pour le moins agressifs envers les occidentaux ), apportait une forme de caution à ce régime abominable. Pourtant, je lui sais gré de nous avoir rapporté ces témoignages de l’intérieur et ces extraordinaires et précieuses photos que l’on peut voir à la fin des épisodes 21 et 22. Les seules que je possède de ces moments sont prises de mes fenêtres et n’ont pas, loin s’en faut, la force des siennes…Il faut croire que la chance sourit aux audacieux car il ne lui est jamais rien arrivé dans cette foule et, un comble !, on l’a laissé prendre des photos et s’approcher (relativement) près de Mengistou. Peut-être l’a-t-on pris pour un reporter-photographe de l’agence Tass ? La photo prise par J-Noël de Marie-Jo et Hubert en tête de manif est à agrandir et encadrer!! Ainsi, malgré mes réticences, c’est, il faut bien le reconnaître, une expérience forte qu’il a pu vivre et qu’il nous permet de partager !”
    Hubert répond le 31.08.2012: “Oui, mon aplomb pour prendre des photos pouvait laisser penser que j’étais suffisamment haut placé pour agir ainsi. Du bluff, en somme. Et tout cela avec un petit appareil à mise au point fixe, fonctionnant avec un chargeur 126. Je me dis maintenant que j’aurais dû être reporter professionnel.”

  5. BRUNELIN Rémi says:

    Je n’ai malheureusement pu récupérer que 2 lettres sur la totalité adressée à ma famille durant cette année 78. La 1ère du 8 mars et la seconde du 12 avril.Je ferai donc avec et ne reviendrai que succintement sur ce dernier trimestre passé à Addis. Je commence celle du 8 mars en mentionnant qu’il s’agit « de la journée nationale des femmes.Toutes les lycéennes, étudiantes, professeurs etc éthiopiennes sont réquisitionnées. »Je peste contre le fait d’avoir été « réveillés à 7 h par les manifestantes.Il faut voir un peu la spontanéité des larges masses !Tout le monde au pas cadencé, en rang d’oignons et solidement encadré ! » Quelques jours plus tôt, c’était la « commémoration de la victoire de l’Adoua.Vu Mengistu passer avec son escorte dans sa land blindée. »J’évoque aussi les fêtes de kébélé et notamment celle de l’Alliance dont Hubert parle abondamment.Je n’y reviens pas.Mes commentaires de l’époque apportent un autre éclairage que celui d’Hubert.J’en ai déjà parlé.Voici en substance mon avis en mars 78, auquel je ne retranche rien… « Ces fêtes de kébélés sont rigoureusement obligatoires ou fortement conseillées comme les manifs.On ne voit jamais autant d’armes que quand il y a une fête dans ce pays ! » J’explique un peu à ma famille l’intérêt de la « chose » : « Quelqu’un apporte quelque chose à vendre aux enchères.Les « camarades patriotes » sont priés d’acheter.Le vendeur fait don du produit de la vente au kébélé pour l’effort de guerre ou la Sécurité [lutte contre l’ennemi intérieur] L’heureux acheteur conserve le misérable objet acquis pour une petite fortune…J’ajoutais : « Voilà une forme de racket pas banal ! »Je m’en prends à un journaliste de mon pourtant “bien aimé” « Nouvel Observateur » qui, dans un article, évoquait des « fêtes bon enfant ». A la même période, d’autres activités des mêmes kébélés étaient beaucoup moins « bon enfant » : « arrestations de gosses à la sortie des écoles »[pour leur éducation politique], exécutions en rafale [c’est bien le mot] etc etc. Il ne fallait pas me parler de « l’atmosphère bon enfant qui règne à Addis»…Cette lettre se termine par l’évocation d’une projection de « Casque d’or » à l’Alliance (une fois les locaux nettoyés, je suppose…Que serions-nous devenus, culturellement parlant, sans les projections de l’Alliance, sans ses livres, ses journaux ?? La rue qui y conduisait est sûrement une de celles que j’ai le plus arpentée durant ces 2 ans…) et par un dîner au Chinois avec Norbert et Susan B. (Norbert est un de mes très bons souvenirs de cette période.Nous avons poursuivi nos relations longtemps, pendant les 3 années où il a encore exercé en Ethiopie au lycée franco éthiopien comme prof de philo et ensuite, en France, où nous nous sommes vus régulièrement.Sa disparition prématurée a été une perte terrible pour sa petite famille et pour nous, ses amis !).

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s