EPISODE / PART 30

MON GRAND VOYAGE : ETHIOPIE 1976-78 : 20 mois à travers 10 pays

MY GREAT TRIP : ETHIOPIA 1976-78 :

20 Months across 10 Countries

Episode 30 : Egypte: Le Caire 20-22 Juin 1978

Part 30 : Egypt: Cairo 20-22 June 1978

Si vous arrivez directement sur cette page, lisez ensuite LA PAGE D’INTRODUCTION ET LE SOMMAIRE.

If you arrive directly at this page, please read THE INTRODUCTION PAGE AND THE CONTENTS afterwards.

Alors que je quitte définitivement l’Ethiopie en cette matinée du 20 juin, je sais que la plus belle et la plus passionnante page de ma vie jusqu’à maintenant vient de se tourner. Ce voyage de retour va constituer une transition vers la reprise de mon existence en Normandie, et représenter une sorte de consolation me permettant de ne pas partir le coeur trop serré. Dans le cadre de mon contrat, j’ai droit à un billet d’avion gratuit pour rentrer en France directement, sans escale. J’ai demandé et obtenu de l’Ambassade à Addis le remboursement de ce titre de transport à prix réduit, et j’ai acheté un autre billet à plein tarif, autorisant des arrêts intermédiaires. J’ai une grand-tante religieuse à Beyrouth, qui m’a invité, et m’a mis en contact avec les Pères dominicains au Caire, qui pourront aussi me recevoir. La capitale de l’Egypte est donc la première étape de ce nouveau périple. Après le passage en douane, je demande un taxi pour le centre ville et le couvent des Pères, abritant l’Institut Dominicain d’Etudes Orientales, qui se situe rue Masna al-Tarabich. Bien que tout le monde semble agréable et serviable, aucun chauffeur de taxi sollicité ne reconnaît le nom de la rue, ni par la prononciation ni par l’écriture. Tout le monde semble également ignorer l’existence des Pères. Je finis tout de même par parvenir au couvent, après une recherche assez longue.

As I’m leaving Ethiopia for good on this 20th of June in the morning, I know that the most beautiful and the most fascinating page of my life so far has just been turned. This trip home is going to constitute a transition toward the resumption of my existence in Normandy, and to represent a sort of consolation enabling me not to leave with a too heavy heart. In my contract framework, I’m entitled to a free air ticket to go back to France directly, without stopping over. I requested and obtained the repayment of this reduced-fare ticket from the Embassy in Addis, and I bought another ticket at full price, allowing middle stops. I’ve a great-aunt who is a nun in Beirut, who invited me and put me in touch with the Dominican Fathers in Cairo, who will also be able to put me up. So the capital of Egypt is the first stage of this new trip. After going through the customs, I ask for a taxi to the city centre and the Fathers’ convent, sheltering the Dominican Institute for Oriental Studies, situated Masna al-Tarabich street. Although everyone looks welcoming and obliging, none of the taxi drivers I ask can recognize the name of the street, neither through pronunciation nor through reading. Everybody seems not to know the Fathers’ existence as well. Finally, I manage to get to the convent, after a pretty long search.

ni-Egypte Le Caire Place Al Geish 20.06.78-

L’après-midi, je fais un tour dans la capitale. Voici la place Al Geish.

In the afternoon, I go for a stroll in the capital city. Here is Al Geish Square.

nj-Egypte Le Caire Place Al Geish 20.06.78-

J’aime beaucoup cette photo, prise aussi place Al Geish. Ces magnifiques sourires et expressions montrent que point n’est besoin d’être né dans la dentelle pour manifester la joie de vivre.

I love this photo, taken in Al Geish Square as well. These beautiful smiles and expressions show that one doesn’t need to have been born in lace to indicate joy in life.

nk-Egypte Le Caire Place Tahrir 21.06.78-

Je suis très bien reçu par les Pères, qui, en ma présence tout du moins, ne semblent pas mener une vie recluse et ascétique. Je partage mes repas avec quelques uns d’entre eux, dans une ambiance simple et amicale. L’un des Pères va se charger de me faire visiter les lieux les plus intéressants du Caire pendant mon court séjour. Après une bonne nuit, je passe donc la journée du 21 juin à découvrir la capitale. Voici la place Tahrir, au coeur de la cité (ci-dessus).

I’m very well entertained by the Fathers, who, at least while I’m here, don’t seem to lead a cloistered and ascetic life. I share my meals with a few of them, in a simple and friendly atmosphere. One of the Fathers is going to show me the most interesting spots in Cairo during my short stay. So after a good night, I spend the following day (21 June) sightseeing the capital. Here is Tahrir Square, in the heart of the city (above).

nl-Egypte Le Caire 21.06.78-

Le Caire compte bien sûr de très nombreuses mosquées, à la silhouette caractéristique. Je vous laisse apprécier ces vues.

Cairo owns lots of mosques, of course, with a characteristic figure. I let you appreciate these views.

nm-Egypte Le Caire 21.06.78-

nn-Egypte Le Caire 21.06.78-

no-Egypte Le Caire 21.06.78-

np-Egypte Le Caire 21.06.78-

nr-Egypte Le Caire 21.06.78-

On peut parfois monter dans les parties hautes des monuments pour découvrir un intéressant panorama sur la capitale. Le Caire recèle des trésors, mais ne donne pas l’impression d’une ville maintenue en bon état. L’ensemble est très gris et très poussiéreux, heureusement égayé par le soleil quasi permanent.

One sometimes can go up to the high parts of the buildings to sight an interesting panorama onto the capital. Cairo conceals treasures, but doesn’t give the impression of a well-kept town. The whole is very grey and dusty, fortunately brightened up by the nearly permanent sun.

ns-Egypte Le Caire 21.06.78-

Une rue assez caractéristique du Caire de cette époque.

A rather characteristic street of Cairo in those times.

nt-Egypte Le Caire Citadelle 21.06.78-

nu-Egypte Le Caire Mosquée Mohammed Ali 21.06.78-

Les deux vues ci-dessus représentent la Citadelle et la mosquée Mohammed Ali.

These two photos (above) represent the Citadel and the mosque of Muhammad Ali Pasha.

nv-Egypte Le Caire Mosquée Al-Azhar 21.06.78-

nw-Egypte Le Caire Mosquée Al-Azhar 21.06.78-

Sur les deux images suivantes, le soleil se couche sur la mosquée Al-Azhar.

In the next two pictures, the sun is setting on Al-Azhar mosque.

nx-Egypte Le Caire Bab al-Futuh Mosquée Al-Hakim 22.06.78-

Après une bonne soirée chez les Pères, je parcours à nouveau les rues le lendemain 22 juin. Voici Bab-al-Futuh et la mosquée Al-Hakim.

After a good evening with the Fathers, I go all over the streets again, on the next day, the 22nd of June. Here is Bab-al-Futuh and Al-Hakim mosque.

ny-Egypte Le Caire Anc.Forteresse 22.06.78-

nz-Egypte Le Caire Anc.Forteresse 22.06.78-

Les deux photos ci-dessus montrent “l’ancienne forteresse”. Pendant ce bref séjour, je m’occupe aussi de l’indispensable visa pour me rendre au Liban. Je l’obtiens, non sans quelques difficultés.

These two photos (above) show the “old fortress”. During this short stay, I deal with the visa I have to obtain to go to Lebanon. I get it, not without any difficulties.

oa-Egypte Le Caire 22.06.78-

Il aurait été dommage de ne pas visiter le musée égyptien du Caire, qui se situe à deux pas de la place Tahrir. Je le découvre donc et admire l’extraordinaire trésor de Toutânkhamon. Voici maintenant une rue typique, dominée par une mosquée, jamais bien loin ici. J’écris le 22 juin: « C’est avec un petit pincement au coeur que j’ai quitté définitivement l’Ethiopie avant-hier, très tempéré par le fait que je suis en vacances et que je fais un beau voyage. Je suis bien arrivé au Caire où j’ai été chaleureusement accueilli par les Pères dominicains à qui tante Marie-Louise de Beyrouth m’avait recommandé. Ils promènent même le touriste que je suis. Le Caire est immense, étouffant (plus de 40°). Les gens sont extraordinairement sympathiques. Demain, je vais voir les Pyramides, et je pars pour Beyrouth comme prévu le 24 par Middle East Airlines. (…) Le Caire est très intéressant malgré le vent [brûlant] comme une flamme de chalumeau ». Comme d’habitude, je fais ce voyage avec peu de bagages. Jean-Luc, mon ancien camarade de Harrar, que je veux remercier ici, a bien voulu prendre le paquet de mes trente cassettes de musique, dûment scellé et tamponné par la Censure à Addis, dans sa propre malle expédiée en France peu après mon départ d’Ethiopie. Il me l’enverra ensuite par la poste.              EPISODE 31 

It would have been a pity not to see the Egyptian Museum of Antiquities in Cairo, situated very close to Tahrir Square. I visit it, then, and I admire the extraordinary Tutankhamun’s treasure. Here is now a typical street, overlooked by a mosque, never a long way here. I write on the 22th of June: ‘I left Ethiopia for ever the day before yesterday with a small lump in my throat, but soothed by the fact I’m on holidays and I’m on a lovely trip. I arrived in Cairo without a hitch and I’ve been welcomed by the Dominican Fathers to whom aunt Marie-Louise of Beirut had recommended me. They even take round the tourist that I am. Cairo is immense, stifling (over 40°C). People are incredibly friendly. To-morrow, I’m going to see the Pyramids, and I’m leaving to Beirut on the 24th with Middle East Airlines as planned. (…) Cairo is very interesting in spite of the wind, [burning] like a blowlamp’s flame’. As usual, I’m doing this trip with little luggage. Jean-luc, my companion in Harar, whom I want to thank here, agreed to take the parcel of my thirty cassettes of music, duly sealed and stamped at the Censors’ office in Addis, in his own trunk he dispatched to France a little after I left Ethiopia. He will send it to me through the post later.                 PART 31

This entry was posted in EGYPTE, 1978 and tagged , , , . Bookmark the permalink.

6 Responses to EPISODE / PART 30

  1. Pingback: EPISODE / PART 29 | MON GRAND VOYAGE – MY GREAT TRIP: ETHIOPIE – ETHIOPIA 1976-78

  2. Pingback: INTRODUCTION | MON GRAND VOYAGE – MY GREAT TRIP: ETHIOPIE – ETHIOPIA 1976-78

  3. D’habitude quand on parle de l’Egypte on s’attarde toujours autour des pyramides, aussi ce voyage au coeur du Caire, à travers les magnifiques photos, est riche d’enseignement.

  4. Olga says:

    Thanks, Hubert. for your photos and writings.

  5. Jean-Yves C. a écrit le 18.06.2012: “Reportage saisissant, les pierres et les minarets sont plus baroques qu’au Yémen. A la mosquée Mohamed Ali, on m’avait montré une horloge que le Roi LOUIS-PHILIPPE Premier avait offert au Sultan pour le remercier du don de l’obélisque de Louxor qui a été dressé Place de la Concorde à Paris. Outre la grande mosquée AL RÏFAÏ où est enterré Le SHAH-IN-SHAH d’Iran, j’ai visité des églises coptes, certaines aux proportions de cathédrale, et l’une où aurait séjourné la Vierge Marie.
    Le musée archéologique du Caire est foisonnant, très poussiéreux. J’y ai revu le trésor de TOUTANKHAMON qui avait été exposé au Louvre. Les salles des momies me faisaient vivre les aventures de Tintin. Je me souviens d’un gardien qui passait de statue en statue en mimant des scènes obscènes tel un diable. Il faut dire que j’ai l’œil pour remarquer l’insolite détail: résultat d’une vie de voyageur contemplatif et terre à terre à la fois. Je garde mémoire des apostrophes dans les souks pour appeler les serveurs de chaï [thé] lahban sucré (au lait) ou de chaï armar (rouge). Haermar veut dire âne et aune prononciation voisine de rouge pour un “HAJNABY”(étranger). Il ne faut pas crier: Thé, âne! mais thé rouge! Les immeubles d’Héliopolis surmontés de un ou deux étages en supplément de l’architecture initiale semblaient fragiles malgré leurs lourdes silhouettes. J’ai eu la chance de descendre le Nil en felouque depuis Assouan, jusqu’au Caire, en dérivant sous le firmament qui se reflétait en miroir dans les eaux du grand fleuve. Impression de flotter entre les astres comme les cosmonautes. Un colosse en galabia tenait la barre du bout d’un pied, négligemment, en fredonnant des mélopées aux toniques étranges jouant sur les quarts de ton. Seul inconvénient: trouver un petits coin pour ses besoins naturels sur des rives très peuplées, puis les nouilles cuites dans l’eau puisée au milieu du fleuve de même que l’eau du thé. Après trois ou quatre temples et tombeaux, j’étais saturé d’égyptologie et mes yeux gorgés des scènes de vie: oiseaux, enfants, dromadaires aux yeux bandés tournant en rond pour remonter les eaux vers les champs, etc. Je préfère l’Egypte de mes souvenirs à celle que nous montre la télé ces jours-ci.”

  6. Barbier says:

    Visite très intéressante de la Capitale de l’Egypte, qui ressemble à s’y méprendre à Tripoli, en Libye où j’ai vécu, aussi, les plus belles années de ma vie, en 1970. En raison de la pénurie de logements et de la misère, au Caire, un cinquième de tous les égyptiens vivent dans des bidonvilles qui entourent le Caire. La joie de vivre de ces enfants, vivant dans la pauvreté, fait plaisir à voir !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s