EPISODE / PART 33

MON GRAND VOYAGE : ETHIOPIE 1976-78 : 20 mois à travers 10 pays

MY GREAT TRIP : ETHIOPIA 1976-78 :

20 Months across 10 Countries

Episode 33 : Liban: Beit Mery 25 Juin 1978

Part 33 : Lebanon: Beit Mery 25 June 1978

Si vous arrivez directement sur cette page, lisez ensuite LA PAGE D’INTRODUCTION ET LE SOMMAIRE.

If you arrive directly at this page, please read THE INTRODUCTION PAGE AND THE CONTENTS afterwards.

Ce matin, j’ai visité le centre ville de Beyrouth, ou ce qu’il en reste, et cela m’a laissé une curieuse impression, car la cité, bien que fort endommagée par les bombardements, est très vivante et les habitants semblent vaquer à toutes leurs occupations comme si le pays n’était pas déchiré par cette guerre civile qui se poursuit. Cet après-midi, je fais un autre déplacement, en compagnie de ma parente. Mais laissons la parole à “tante Marie-Louise de Beyrouth”. Elle écrit à ma famille le 27 juin: « … Dimanche après-midi [25 juin], je suis allée avec lui [Hubert] et la supérieure à Beit-Méry, le lieu où nous estivons. Il y a tout près une vieille citadelle, une église construite sur un ancien [sanctuaire] byzantin, lui-même construit sur des ruines phéniciennes. Il y a 2 colonnes de 2 m de diamètre à l’entrée de la chapelle. Il m’a photographiée près de l’une de ces colonnes. Il y a aussi d’autres ruines dont vous verrez des colonnes car il a pris pas mal de photos ».

This morning, I visited Beirut town centre, or what remains of it, and it left me a strange feeling, for the city, although much damaged by the bombardments, is very lively and the inhabitants seem to attend to their affairs as if the country was not torn apart by this civil war the end of which one can’t see yet. This afternoon, I do another outing, with my relative. But I let “aunt Marie-Louise of Beyrouth” speak. She writes to my family on the 27th of June: ‘… On Sunday afternoon [25 June], I went with him [Hubert] and the superior to Beit Mery, the place where we spend summers. Very near, there is an old citadel, a church built on a former Byzantine sanctuary, which itself is built on Phoenician ruins. There are 2 columns with a diameter of 2 metres at the entrance of the chapel. He photographed me near one of those pillars. There are also other ruins of which you’ll see some columns, for he took quite a lot of photos’.

oz-Liban Beyrouth Beit Mery Vue 25.06.78-

Beit Mery se trouve à une vingtaine de kilomètres à l’est de la capitale, dans un cadre de collines constituant les contreforts de la chaîne montagneuse occidentale du Liban. Grâce à son altitude d’environ 800 mètres, l’air y est beaucoup moins lourd qu’à Beyrouth, et la localité est depuis toujours un lieu de séjour apprécié en été. Des vues se développent vers la métropole et vers les belles étendues forestières peuplées de pins, alors que les fameux cèdres du Liban sont devenus très rares dans ce massif. Sur une hauteur se regroupent d’intéressants monuments remontant à presque toutes les époques historiques, depuis des vestiges phéniciens jusqu’au monastère de saint Jean Baptiste, du XVIIIe siècle, en passant par les témoignages des Romains et du Moyen-Age. Je vous laisse faire la visite libre et vous retrouve en bas de la page.

Beit Mery is situated hardly 20 km east from the capital city, in a setting of heights constituting the foothills of Mount Lebanon, the country’s western mountain range. Thanks to its altitude of about 800 metres, the air is much less sultry than in Beirut, and the locality has always been an appreciated summer resort. Views stretch to the metropolis and to the beautiful pine forests, while the famous Lebanese cedars have become very rare in this massif. On a hill gather interesting monuments dating back to nearly all historic ages, from Phoenician remains to Saint John the Baptist monastery (XVIIIth century), through the Roman and Middle-Ages pieces of evidence. I let you do the visit by yourselves and I’m meeting you at the bottom of the page again.

pa-Liban Beyrouth Beit Mery 25.06.78-

pb-Liban Beyrouth Beit Mery 25.06.78-

pc-Liban Beyrouth Beit Mery 25.06.78-

pe-Liban Beyrouth Beit Mery 25.06.78-

pf-Liban Beyrouth Beit Mery 25.06.78-

pg-Liban Beyrouth Beit Mery 25.06.78-

ph-Liban Beyrouth Beit Mery 25.06.78-

pi-Liban Beyrouth Beit Mery 25.06.78-

pj-Liban Beyrouth Beit Mery 25.06.78-

Ma grand-tante, dont le nom de religieuse est soeur Catherine de Sienne, est à ce moment âgée de 82 ans. Elle nous quittera en 1995, moins de six mois avant son centième anniversaire. Remarquer sur cette dernière vue la belle mosaïque au sol.       EPISODE 34 

My great-aunt, whose name as a nun is sister Catherine of Siena, is 82 years old at that moment. She will leave us in 1995, less than six months before reaching the age of 100. Notice the beautiful mosaic on the ground, on this last picture.              PART 34

This entry was posted in LIBAN, BEIT MERY and tagged , , . Bookmark the permalink.

6 Responses to EPISODE / PART 33

  1. Jimmy says:

    Merci de me rappeler le Liban que j’ai connu dans les années 60 et 70.
    Triste sort qu’a eu ce beau pays.

    • Bonjour Merci pour votre visite et pour l’intérêt que vous avez manifesté pour mon travail. Suivez la publication, qui continue, et partagez le lien avec vos contacts. HT

  2. Pingback: EPISODE / PART 32 | MON GRAND VOYAGE – MY GREAT TRIP: ETHIOPIE – ETHIOPIA 1976-78

  3. Pingback: INTRODUCTION | MON GRAND VOYAGE – MY GREAT TRIP: ETHIOPIE – ETHIOPIA 1976-78

  4. Olga says:

    Remains of the past…and the mosaic impresses greatly

  5. Jean-Yves C. a écrit le 18.06.2012: “De toutes les colonnes que tu as photographiées, ma préférée est ta tante de 82 ans. Sœur Catherine de Sienne. Comme je dirigeais les attachés linguistiques du Nord-Liban, nous étions chargés des écoles de toutes les congrégations religieuses enseignantes très puissantes au Liban. Je n’ai jamais fréquenté autant de prélats et de religieuses remarquables et admirables [que] dans cette terrible époque.”LOCUS EST TERRIBILIS” ou “PAYS DU LAIT ET DU MIEL”? Les deux! J’ai toujours été reçu comme un prince dans les couvents, j’étais LA FRANCE. Je me souviens d’avoir dû décorer un professeur de philo dans une école de Batroun des palmes académiques au nom du Président de la République, personne de l’Ambassade n’ayant voulu monter dans le nord (zone des maronites de Zghorta, fief de l’ancien Président Suleiman Frangié). Sans les écoles et universités religieuses le français n’aurait pas eu l’éclat qu’il a eu des années durant. La perte d’influence de la langue française est irrémédiable. L’école française est dans une telle déliquescence qu’elle ne peut plus s’ériger en modèle.”

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s